J’ai rencontré une serveuse nymphomane et soumise à son travail

Comme d’habitude, j’ai prévu de me rendre un jour dans un restaurant modeste pour le déjeuner. En outre, je déjeunais presque toujours avec un copain dont le nom est sans rapport avec le récit. Nous avons atteint l’endroit et sommes entrés. J’avais déjà fréquenté cet établissement, je me souviens donc de la plupart des serveuses et du personnel. Aujourd’hui, cependant, nous avons été accueillis par une très belle dame aux cheveux assez longs, noirs et ondulés. Quelques cheveux égarés sur son front la rendaient encore plus adorable. Elle avait des yeux marron foncé et des sourcils noirs et portait une robe bleu clair qui lui arrivait au genou. Ses seins étaient d’une taille parfaite, et ses jambes, comme le reste de cette femme, étaient plutôt longues et minces.

Je l’ai immédiatement complimentée en plaisantant et me suis assis à la table proposée. Au cours de notre conversation, j’ai fait des compliments sur l’attrait de la femme, et mon compagnon m’a proposé de parier que je pourrais l’amener à avoir des relations sexuelles avec moi ce soir par tous les moyens nécessaires. Au départ, j’étais catégoriquement opposé, mais j’étais tellement intrigué par le concept que j’ai fini par céder. J’ai essayé de me rapprocher d’elle de plus en plus à chaque fois qu’elle venait vous servir. Finalement, lors du dernier passage, nous avons eu la conversation suivante :

  • « De toute évidence, je ne peux pas me passer de vous. Si vous n’avez pas de compagnon, pourrions-nous nous rencontrer après le travail ? »
  • « Je l’étais. Mais nous nous sommes séparés il y a deux semaines ; c’est peut-être un signe. Elle a souri, a posé un petit bout de papier sur la table, puis est partie. »

Je l’ai lu immédiatement : « Maintenant, dans les toilettes des femmes ». Je me suis levé et me suis précipité là-bas sans attendre. La dame qui a franchi la porte m’a regardé avec étonnement mais est restée silencieuse. Lorsque j’ai frappé à la bonne cabine, elle s’est ouverte et un baiser chaud m’a accueilli à l’intérieur. Elle s’est ensuite assise sur les toilettes, a écarté les jambes et s’est mordu la lèvre inférieure avec séduction. Il ne restait rien de la charmante fille ; à la place, une pute était assise devant moi, impatiente d’être baisée. Sa main pressait et massait sa chatte entre ses jambes. J’étais prêt à m’engager dans les préliminaires lorsqu’on m’a tiré et poussé l’ourlet de ma robe à l’intérieur. Il faisait sombre à l’intérieur, mais la sensation de proximité m’a fait fondre le cœur. Ma tête était écrasée contre mes sous-vêtements humides, serrés entre mes jambes. J’ai commencé à donner à la fille et à moi-même un plaisir sans fin, qui s’est traduit par un jaillissement orgasmique. Puis elle s’est avancée au-dessus de moi (ma tête était également là) et a placé le string humide sur ma tête. Elle est ensuite sortie des toilettes après m’avoir laissé là en ricanant doucement. J’ai regardé le pantalon rouge. J’ai placé les objets dans ma poche. Une petite, non, une victoire monumentale !

Je me suis instantanément vanté auprès de mon copain en exhibant le prix ; il a immédiatement salivé. J’ai conclu notre conversation en l’informant que nous avions prévu de la voir après le travail.

Je l’ai finalement rencontrée sur place et l’ai invitée chez moi. La fille a rapidement accepté, mais a d’abord recommandé que nous allions nous promener. Il n’y avait personne dans les parages lorsque nous sommes descendus dans la rue en passant par le terrain de jeu alors qu’il faisait déjà très sombre.

Elle a fait la remarque suivante : « Que diriez-vous d’ici ? » en s’asseyant sur le siège sous la lumière et en écartant les jambes.

Mon frisson n’avait pas de limites ; ce qu’elle désirait et exécutait pour moi était un rêve. Je me suis empressé d’extraire mon objet de dix-sept centimètres, qui était déjà érigé en pieu, et de le lui apporter. Daniela, dont j’ai découvert le nom en chemin, l’a saisi durement au centre et a commencé à l’arracher, forçant sa main sous ma jupe, où, comme vous le savez, il n’y avait rien. Ensuite, elle a commencé à lécher et sucer mon scrotum, l’avalant de plus en plus profondément dans des mouvements circulaires jusqu’à ce que cela devienne une fellation gutturale. Finalement, nous avons été interpellés par un groupe d’enfants qui s’approchait de l’autre bout de la cour, et nous nous sommes tous deux précipités vers eux, elle enlevant sa robe tandis que je lui versais de l’eau sur le visage. Elle n’a même pas pensé à essuyer la morve, et nous sommes parties sous les railleries des garçons.

Dans le véhicule, Daniela est devenue encore plus excitée ; elle m’a demandé d’ouvrir la fenêtre, s’est assise pour que les autres puissent voir son décolleté, et a commencé à baiser rapidement. Beaucoup d’autres personnes ont été étonnées par son absence de remords, et certaines l’ont même filmée par admiration. Par conséquent, après avoir joui davantage, nous l’avons raccompagnée chez elle. La fille était si anxieuse qu’elle s’est allongée sur le capot de la voiture (dans le parking souterrain), tête baissée, et m’a supplié de la baiser dans la bouche, comme dans les fentes précédentes. Au début, elle a fait tournoyer mes deux couilles dans sa bouche pendant une longue période, mais j’ai ensuite rempli mes obligations. L’enfonçant si loin dans sa gorge qu’elle a failli s’étouffer avec, j’ai entrepris de la « violer ». J’ai baisé si vite qu’elle n’a joui qu’au bout de trois minutes, puis je l’ai à nouveau barbouillée sur tout le visage.

Dans l’ascenseur, tout son visage, sauf ses yeux, était blanc. Nous voyagions avec une vieille dame, et j’ai presque eu honte pour ma compagne, mais elle s’en fichait. Après avoir quitté l’ascenseur, la dame s’est retournée une fois de plus devant Daniela qui s’est agenouillée, a ouvert sa chatte et a sucé son majeur. Elle s’est retirée en colère tout en fronçant les sourcils, en reniflant et en marmonnant des mots incompréhensibles.

Cependant, il semble que cela n’ait pas été suffisant pour cette soumise. Je crois que j’ai une vraie pute nymphomane. À la maison, elle veut une expérience authentique. Lorsque je me suis assis sur la chaise, elle s’est déshabillée et a sauté sur moi. Il est apparu qu’elle avait de beaux seins de taille trois et un gros postérieur juteux. Elle a commencé à me chevaucher violemment, se plongeant à plusieurs reprises sur tout mon corps. Ses cris ont rempli la pièce, donnant l’impression qu’elle allait être déchirée. Nos sourires satisfaits persistaient, alors qu’elle tirait complètement la langue et roulait des yeux. La fille était manifestement entraînée, car j’avais perdu le compte du nombre de fois qu’elle avait joui tout au long de notre « voyage ». Au bout d’un moment, nous avons tous les deux atteint notre limite, et elle m’a demandé de remplir directement sa chatte. Elle s’est levée de moi en se tortillant, a fait quelques pas et a atterri sur le lit. Alors qu’elle ouvrait son vagin, mes excréments ont commencé à sortir.

Je pensais en avoir assez pour la journée (de manière agréable), mais après une petite pause, elle m’a demandé si j’avais des jouets et du lubrifiant. Dans l’un des tiroirs de la table de nuit à côté du lit se trouvaient différents gadgets et accessoires sensuels que ma dernière petite amie et moi avions utilisés pour des jeux sexy. Daniela a découvert de vieux bas un peu déchirés, des pinces à linge – que je plaçais souvent sur les tétons de ma précédente bête de somme contre sa volonté – ainsi que du lubrifiant et un vibrateur. Instantanément, ses tétons et son clitoris ont gonflé, et son regard est devenu animaliste. Daniela a haleté et a eu des frissons en fixant les pinces à linge aux bas, mais la vue était à couper le souffle. Elle m’a ensuite proposé de lui faire une fellation après une douche, un lavement et quelques exercices légers. J’ai attendu une vingtaine de minutes avant que l’événement ne commence sous mes yeux. Après avoir lubrifié et massé son anus, les doigts ont été utilisés ; il était évident que ce n’était pas son premier rodéo, car trois doigts ont audacieusement étiré son trou au son de ses merveilleux gémissements. Elle est entrée dans le bâtiment avec le vibrateur et a presque perdu la raison. Son anus a été frappé avec beaucoup plus de vigueur qu’elle ne l’avait imaginé. Elle a fini par s’y habituer et m’a invité vers elle.

Je me suis immédiatement levé de mon siège, suis allé vers elle et lui ai demandé de s’accroupir. J’ai mis du lubrifiant sur mon scrotum et suis entré dans la maison tout en l’attirant plus près de moi par la taille. Une telle excitation ne pouvait être dissimulée, et elle commençait à transpirer, qu’il fut bientôt totalement dissimulé à l’intérieur de la jeune fille tremblante. La prenant par la taille, j’ai entrepris de l’enfoncer pratiquement dans et hors de son corps. Elle a placé l’appareil vibrant sur son vagin et a enfoui son visage dans l’oreiller en marchant. Finalement, nous avons tous deux atteint nos propres sommets et nous nous sommes entièrement relâchés.

Après un tel événement, les rencontres sexuelles conventionnelles feraient pâle figure en comparaison. Mais nous sommes restées amies, et je me considère très chanceux d’avoir (dans tous les sens du terme) une compagne nymphomane et soumise.

Aucun commentaire posté

Laisser un commentaire

BDSM-rencontre